KaZeo
Fermer
  Créer son blog KaZeo Mardi 22 juillet 2014   Ste Marie-Madeleine  
Oldicaces >>
 > Fulgenese
Accueil Journal Jeux Flash Liens Forum Contact
 A PROPOS DE MOI
  Pseudo : Fulgenese
  Me contacter
  En savoir plus sur moi
 
 RUBRIQUES PERSOS
  Promo
  Banque
  A la une
  Nouvelle
 
 SERVICES
  Météo
  Horoscope
  Devises
  Actualités
  Sorties cinéma
  Actualités musicales
 
 STATISTIQUES
  1 connecté(s)
  20900 visiteurs
Depuis le 27/12/2005
 
 RADIOS
  Rires et chansons
  Nostalgie
  Radio France
 
 NEWSLETTER
 
 T'CHAT
 
 RECHERCHER
 
  RUBRIQUE: A LA UNE
 Sommaire des articles de cette rubrique
   
 Affaire Patrice TALON et les ICS de Dakar

Sénégal: Audits des Industries Chimiques du Sénégal : près de 2 milliards 700 millions dans des comptes à l'étranger


 


 

Johnson Mbengue

Les rapports d'audit des Industries chimiques du Sénégal se suivent et se ressemblent. Le dénominateur commun est les commissions occultes impliquant des responsabilités à des niveaux insoupçonnés de la haute sphère de l'Etat. Le cumul connu par des sources dignes de foi est chiffré à plus de 2, 5 milliards de francs.

Le président de la République a déclaré, jeudi dernier, à Paris, qu'il allait soumettre le rapport d'audit à la justice. Un rapport qu'il n'a pas lu, dit-il, mais qui révèle, selon les premiers échos parvenus auprès de Me Wade, des prévarications. Cette annonce du chef de l'Etat a été accueillie avec circonspection par certaines sources proches du dossier. En effet, le rapport a épinglé Patrice Talon qui a bénéficié d'un marché de 200 000 tonnes d'engrais (Npk) destinés à la culture du coton. Un contrat signé le 23 juillet 2001 pour les campagnes 2001, 2002 et 2003. Un contrat jugé léonin puisque Patrice Talon avait bénéficié d'un délai de paiement de 240, voire 360 jours.

Comme cerise sur le gâteau, les prix appliqué à M. Talon était en deçà de ceux fixés sur le marché international. Le cumul des pertes enregistrées par les Ics est estimé à 9 milliards 275 millions de francs Cfa, soit près du montant de la garantie de prêt que l'Etat a accordée aux Ics. Le prix de la tonne d'engrais était cédé à 98 000 francs Cfa à M. Talon. Alors que sur le marché international, il était à 162 550, voire 175 000 francs Cfa. Le responsable de la Société de distribution internationale (Sdi) sise au Bénin, bénéficiait de protection en haut lieu. Avec cette faveur, ce sont les Ics qui subventionnaient alors l'homme d'affaires français.

Les Ics ont toujours constitué une vache à lait pour certaines personnalités. La pratique des commissions fait partie du fonctionnement de l'outil de production. A titre d'exemple, ce sont 2 milliards 100 millions de francs que Tecnip avait versés, en 2000, à la direction générale des Ics. Ces commissions représentant 2,5 % du marché (85 milliards de francs) sont des pénalités que la société française devait verser à l'entreprise sénégalaise. Des pénalités qui proviennent du non-respect des délais conformément au contrat sur le doublement de l'activité acide phosphorique. "Le chef de l'Etat doit essayer de chercher où sont passés ces 2,1 milliards que le cabinet Teknip avait pourtant payés", suggère un cadre des Ics.

Pire, des commissions occultes ont été versées à de hautes personnalités de l'Etat, par des gens épinglés dans le rapport d'audit. Des gens qui voulaient obtenir des contrats aux Ics. On parle de près de 900 000 euros (environ 600 millions de francs Cfa) qui ont été versés dans un compte à Versailles. D'autres commissions l'ont été dans un compte logé à Paris. Des comptes par lesquels transitaient les commissions.

Des ministres de l'Agriculture ont bénéficié aussi des "largesses" des Ics. A chaque campagne agricole, on ne s'embarrassait pas pour demander des fonds politiques, avec le marché des engrais. Un marché qui n'a pas encore révélé tous ses secrets, surtout avec Patrice Talon dont le nom a été cité dans le rapport. L'homme d'affaires français est très lié à Pape Diop, le président de l'Assemblée nationale, par ailleurs maire de Dakar. C'est lui-même qui avait accompagné M. Talon, pour une visite aux Ics, se rappellent encore des travailleurs des Ics. Patrice Talon, un talon d'Achille des contrats léonins signés avec les Ics ? "Patrice Talon a toujours travaillé avec les Ics. Mais nous n'avons été jamais rassurés parce qu'on le connaît très bien. Il a continué à collaborer sur recommandation des plus hautes autorités de l'alternance. Le marché est très étroit pour que certaines pratiques se fassent sans être connues", fait-on remarquer.

Liens Pertinents

Avec Patrice Talon, les choses risquent d'être compromettantes pour certaines hautes personnalités de l'Etat sénégalais. Dans le secteur cotonnier de la sous-région, le nom de l'homme d'affaires français est très célèbre. On l'accuse, à tort ou à raison, de certaines pratiques. L'Etat pourra-t-il obliger M. Talon à rembourser aux Ics le différentiel de prix, dont le cumul porte sur près de 10 milliards de francs au cours de ces dernières années.

L'audit du cabinet Mazars connaîtra-t-il le même sort que les autres ? Comme un conte de fée ! L'audit Teknip est resté dans les tiroirs. Pourtant, le cabinet Snc Lavallin avait aussi révélé des irrégularités. Celles-ci portaient sur des commissions de 2,5 % sur un marché de 85 milliards de francs. Un extrait du contrat prêt Afd/Ics portait aussi sur une obligation de déclaration et de récupération des frais commerciaux "extraordinaire" (commissions), un document intitulé "Participation bénéficiaires assurance" de 96 millions de francs non reversés aux Ics, etc., ont été réclamés et remis aux auditeurs Mazars et au commissaire aux comptes Synergies Ac. Ces documents font office de pièces comptables justificatives des notes de débit émises depuis 2001 sur divers tiers.

Tecnip qui avait en charge le doublement de l'activité acide phosphorique a des ennuis judiciaires pour pratiques de commissions occultes. En effet, le juge français Van Ruyn Beck a ouvert une instruction judiciaire sur les commissions occultes payées par Tecnip et ses pratiques commerciales illégales pour s'allouer des marchés. L'ancien directeur général de Tecnip au moment des faits, M. Kremers, serait aujourd'hui dans de sales draps. La justice française qui a ouvert une instruction judiciaire sur les pratiques occultes de Tecnip s'intéresserait même à son contrat avec les Industries chimiques du Sénégal. Un contrat qui a été signé sous l'ancien régime socialiste

[ Ajouter un commentaire | 0 commentaire(s) | Imprimer cet article ]
 
 
 HORLOGE
 
 CHOIX DESIGN
 
 PARRAINAGE
Titre du futur blog :
 
Créer un blog gratuit avec KaZeo | Créer un site | RSS articles RSS articles